Notre démarche d’investisseur responsable



Notre démarche d’investisseur responsable Notre démarche d’investisseur responsable

1- Démarche générale d’OUDART GESTION  sur la prise en compte des critères relatifs au respect  d’objectifs environnementaux, sociaux et de qualité de gouvernance (ESG) et sur les risques de durabilité dans la politique d’investissement. 

A ce jour aucun des fonds gérés par Oudart Gestion ne relève de la gestion ISR (Investissement Socialement Responsable). Il en est de même pour les mandats de gestion pour compte de tiers.

Notre société est néanmoins tout à fait consciente que les enjeux climatiques, environnementaux, sociaux et de bonne gouvernance sont essentiels dans l’appréciation des choix qui sont proposés dans le cadre de la gestion de portefeuilles de valeurs mobilères.

C’est pourquoi Oudart Gestion a une politique d’intégration croissante des critères ESG (Environnement-Social-Gouvernance) dans sa gestion. Ces critères sont d’ores et déjà examinés avec la plus grande attention dans la sélection des valeurs de tous nos portefeuilles. Nous sommes en effet convaincus qu’ils contribuent très utilement à l’enrichissement de nos critères d’investissement.

L’ISR offre en effet une vision complémentaire à la fois en termes de risques et d’opportunités. De nombreux exemples prouvent que les entreprises les plus attentives aux problématiques environnementales, sociales et de bonne gouvernance offrent les meilleures perspectives sur le long terme.

De plus l’analyse extra-financière des sociétés permet une meilleure connaissance de leurs produits, des chaînes de fabrication, des relations avec les fournisseurs ainsi que des besoins de leurs clients.

L’analyse des règles de gouvernance permet également d’affiner les qualités et les défauts de l’organisation et du management des entreprises.

Si l’intérêt des actionnaires minoritaires est primordial, celui de toutes les parties prenantes est aussi important, notamment celui des personnels de l’entreprise sans lesquels il serait vain d’espérer une quelconque réussite.

Nous avons décidé d’exclure certaines activités de nos portefeuilles, soit qu’elles constituent l’essentiel des activités d’une société, soit qu’elles représentent une partie significative de leur chiffre d’affaires. Nous sommes particulièrement attentifs aux activités qui peuvent engendrer des addictions par exemple au tabac, aux drogues ou au jeu, celles qui participent à la production de charbon ou celles qui ont un rapport avec certaines armes. Les entreprises impliquées dans la fabrication, la prestation de services ou le support technique des armes suivantes ou de leurs composants sont totalement exclues : mines anti-personnel, armes à sous-munitions, armes nucléaires, armes chimiques et armes biologiques.

L’analyse des controverses, c’est-à-dire des débats ou des polémiques issus de l’activité des sociétés, est aussi un facteur d’exclusion de nos portefeuilles, particulièrement celles qui ont un caractère grave engendrant une notation dégradée.

Il peut toutefois nous arriver d’inclure dans notre univers « investissable » des entreprises qui ne sont pas irréprochables comme par exemple le secteur des énergies fossiles. Nous privilégions les entreprises qui font leurs meilleurs efforts pour réduire leur empreinte carbone ou celle de leurs clients. C’est une approche « best efforts » qui peut se distinguer parfois du « best in class ».

Chez Oudart Gestion, nous estimons qu’en tant qu’actionnaires, nous avons un rôle à jouer pour que ces entreprises prennent des engagements sérieux, sincères et vérifiables. L’exercice de notre droit de vote comme l’usage du dialogue interactif peuvent être efficaces.

Sur le sujet des émissions de carbone, nous nous engageons à publier l’empreinte des fonds que nous gérons, afin de vérifier que nous sommes années après années, sur la bonne voie.

La nécessité pour notre civilisation de réduire les pollutions de toutes sortes (gaz à effet de serre, plastique, etc..) recèle aussi de nombreuses opportunités d’investissement. Les entreprises liées aux énergies renouvelables, à l’économie circulaire, et à la digitalisation de nos processus sont analysées et constituent un vivier significatif de notre univers.

2 - Organisation

  • Un comité mensuel ISR est réuni afin de synthétiser l’ensemble des informations extra financières, permettant ainsi de prendre des décisions d’exclusion ou de gestion.
  • Ce comité est complété par toutes les autres réunions des équipes de gestion, la plupart du temps hebdomadaires, qui peuvent compléter des informations et engendrer des décisions.

Si tous les membres de l’équipe de gestion sont impliqués, une partie est spécialement dédiée à l’analyse des sujets ISR

3 - Moyens

La récolte des informations extra financières est aussi importante que celle qui concerne la croissance et les résultats des entreprises. Nous pouvons notamment citer :

  • Les informations données par les entreprises elles-mêmes, dans leurs rapports extra-financiers ou lors de rencontres organisées spécialement sur ces sujets.
  • Les études publiées par nos correspondants divers et notamment par les intermédiaires de marché qui ont beaucoup développé leur recherche ESG, souvent complétée par des conférences spécialisées.
  • Les données et les notes publiées par les agences de notations.
  • La lecture de la presse économique qui consacre une part de plus en plus importante aux sujets ESG. La presse spécialisée, par exemple Novethic, est également une source intéressante.
  • Nos fournisseurs de données de marchés (Factset – Bloomberg) sont également des fournisseurs d’informations extra financières.